« MAMAAAAAAAAANNNNNN!!!!! »

Hello toutes et tous,

Un nouvel article inspiré de ma vie secrète de mère indigne parce qu’on est mercredi : le jour des enfants! Sauf que comme c’est les grandes vacances : c’est un peu tous les jours le jour des enfants…en tout cas c’est comme ça que la mienne l’a compris. Que du bonheur!

Lorsqu’on est enceinte la première fois, on projette assez mal (en tout cas pour ma part) la réalité de la vie de mère effective….lorsque l’enfant est là et qu’il envahit votre quotidien. En plus, les séries américaines vous vendent du rêve en vous faisant croire que les gosses ça se nourrit au beurre de cacahuète entre deux tranches de pain de mie!

Donc le bonheur est là…au début il tient sur vos avants bras tellement il est petit…il dort beaucoup mais rarement en se calant sur votre rythme, il mange plusieurs fois par jour mais rarement quant ça vous arrange, il faut le changer très régulièrement en fonction de ses pleurs ou de son odeur mais encore une fois c’est jamais quand vous avez un trou dans votre planning de nouvelle mère un peu débordée.

Bref les premiers mois de la vie ont cette dimension magique où votre enfant est dans une totale dépendance par rapport à vous pour prendre soin de lui. C’est assez bouleversant comme sensation, ça vous rend fière, ça vous fait basculer dans une autre dimension où il existe autre chose que vous même…et en même temps ça fait flipper. On ne va pas se mentir : se dire que ce petit rôti de 3.8 kilo dépend absolument de votre attention et de votre capacité à percevoir et donner du sens à des signes, qui jusqu’alors n’étaient qu’un brouhaha pénible dans les lieux publics, ça fait flipper grave. Pas le droit à l’erreur avec la nature des pleurs parce que si tu le changes alors qu’il pleure parce qu’il avait faim : rapidement tu vas comprendre que tu as mal compris! Pas de SAV, donc pas de casse, ni d’échange possible! C’est là que tu apprends que les enfants ne se nourrissent pas avec des sandwichs au beurre de cacahuète! Trop de responsabilités!!!!

Même si ce nouveau statut qu’atteint chaque mère pendant les premiers mois de la vie de son enfant est un peu équivalent à ce que connaît l’athlète de haut niveau, médaillé d’or aux JO après 4 ans d’entrainement intensif : soulagement, béatitude, incompréhension, douleur, satisfaction, plénitude….Cela devient vite frustrant et peut rapidement vous plonger dans une déprime assez grave tellement vous êtes en manque d’échange,  de mots et de paroles. Alors certes il y a le premier sourire, le premier regard, le premier éclat de rires mais bon je peux vous dire que ça ne vous remplit pas intellectuellement une journée de 18 heures.

Alors, vous ne rêvez plus que d’une chose : qu’il parle….ses premiers mots…entendre sa voix faire autre chose que des vocalises incompréhensibles, sa première phrase….Bref vous ne rêvez que d’interactions intellectuellement enrichissantes!

Et plus que tout vous ne rêvez que d’une chose d’entendre le Grâal, la récompense ultime, le première fois qu’il dira le mot « maman »! Et oui, une pression de chaque jour…la nourrice que vous pressurisez tous les soirs pour décortiquer avec elle chaque son sorti de la bouche de votre bien aimé pendant votre absence. Vous l’avez tellement attendu que vous pourriez en mourir sur place de le rater.

Un état d’excitation et de fanatisme aigu vous gagnent peu à peu lorsqu’à chaque son qu’il prononce vous interrogez la personne présente dans la pièce, avec l’insistance dans le fond de la voix : « il a dit maman là? il a dit maman non? Il a dit maman hein? » Et ce à peu près 40 fois par jour. Vous passez alors un temps infini à genoux devant lui, en lui tendant ses jouets préférés et en prononçant cette phrase « tu donnes à maman! »…espérant secrètement que plus il entendra ce mot, plus il sera stimulé pour le répéter. Alors, vous ponctuez chaque action de la journée par un « maman » : maman est là », « maman va te changer » « maman va te donner à manger » « maman t’aime »….et vous vous présentez 12 fois par jour : « je suis ta maman » « c’est maman » en vous pointant de l’index « maman »….très vite vous ne parlez plus de vous qu’à la troisième personne….ce qui vous situe à mi chemin entre la prétention et la débilité profonde!

Et vient le fameux jour où avec ses yeux remplis d’amour et de dépendance, il vous identifie enfin comme l’être le plus important de sa petite vie….parce qu’on ne va pas se mentir c’est uniquement de cela qu’il s’agit, de nourrir notre égo de mère qui a un besoin incommensurable de reconnaissance….et il dit enfin « mama »…Vous êtes au bord des larmes et si peu que cela arrive en public alors vous êtes prête à vous évanouir de fierté!!!!

Puis il n’en finit plus de vous appelez par votre statut « maman »….Quand il a faim, qu’il veut jouer, qu’il veut aller aux toilettes, qu’il veut une histoire, qu’il se réveille au milieu de la nuit, qu’il a mal, qu’il pleure, qu’il a un truc à raconter, qu’il cherche un jouet, ou pour rien juste comme ça parce qu’il vous aime,….jamais plus cela ne s’arrête….que vous soyez en train de dormir, en train de conduire, en train de prendre votre douche, en train de manger, en train d’avoir une conversation capitale avec votre boss au téléphone, à 6 lignes du dénouement du thriller que vous essayez vainement de terminer depuis 6 mois, en plein milieu du film alors qu’il révèle le nom de l’assassin….alors que vous venez juste de vous asseoir sur votre canapé en espérant 5 min de tranquillité…..et bien sûr et surtout (sans doute parce que ç’est plus drôle) lorsque vous êtes aux toilettes et que vous avez fermé la porte pour l’intimité à laquelle vous pensiez que le paiement régulier de votre loyer vous donnait droit….alors vous entendez retentir le mot magique « mamaaaaaaaannnnnnnnnn! » en même temps que la porte s’ouvre! Parce qu’il vous avait perdu!!!!

Alors ce n’est plus le rêve qui vous tient mais la nostalgie du silence…..celui d’avant…quand il n’avait pas l’usage de la parole….et dire qu’on est fière que le langage vienne si tôt….de l’étendu du vocabulaire….Mais quelle erreur!!! Encore une fois personne n’a prévenu que cela ne s’arrêterait plus jamais!!!!!

Donc secrètement assise sur les toilettes, on ne rêve plus que d’une chose lui hurler « mais quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii???????????????? Tu vas la fermer putain!!!!! » Mais on s’entend prononcer : « oui mon amour, maman est là, j’arrive dans  5 minutes » lorsque j’aurai fini de pleurer sur le silence et ma tranquillité…..

 

 

 

3 réflexions sur “« MAMAAAAAAAAANNNNNN!!!!! »

  1. Mymy dit :

    Je viens de lire enfin ton nouveau post, qui date quand même du 9/08…
    Je vais prendre cher !!! 2fois plus de maman donc plus aucune possibilité d’aller aux WC…
    Je crois que je vais revoir la disposition des pièces dans la New home …
    En tout cas j’ai bien ri 😊

    J'aime

    • aureliesansdessusdessous dit :

      Effectivement c’est une aventure hors du commun avec des très bons côtés, de grands moments de bonheur et un équilibre nouveau à trouver….une liberté à réinventer….c’est pour ça que j’use et j’abuse de l’humour pour désacraliser tout ça….chaque chose en son temps, à chacune son moment….

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s