BABTOU

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous quelques souvenirs…maintenant qu’on se connait un peu mieux.

J’ai 34 ans, je suis née, j’ai grandi et je vis toujours à Mantes la jolie, banlieue parisienne proche d’un quartier dit « sensible ». En ce qui me concerne, j’aime surtout à dire qu’il abrite un marché au top et ce 3 fois par semaines.On y trouve de tout en toutes saisons. On peut vivre en autarcie rien qu’en faisant ses courses sur ce marché.

Donc, je suis une banlieusarde… Mes copines au collège et au lycée s’appelaient Fatima, Asma,Sabrina, Marie, Hawa…. Mes copains : Amadou, Abdelghani, Arnaud, Hassan, Romain….Nous étions régulièrement invités les uns chez les autres et nos parents se connaissaient.

Aujourd’hui, mes amies s’appellent Rougui, Myriam, Meriem, Stéphanie…et on part en week end (soldes souvent) ensemble.

J’ai été élevé à la sauce Columbo de poulet, Accras, Yassa, Mafé, couscous, tajine, paella, blanquette de veau et bœuf bourguignon.

Je travaille dans le social depuis plus de 10 ans. J’ai rencontré la délinquance du 93 à la protection judiciaire de la jeunesse de Pantin, l’enfance martyrisée du 78  dans un foyer de l’aide sociale à l’enfance d’Élancourt, les hommes violents et/ou sans domicile fixe, et/ou toxicomanes, alcooliques, psychiatriquement malades, en errance dans un centre d’hébergement de Mantes-la-jolie. J’ai accompagné les ados turbulents des centres sociaux des Mureaux et animés pas mal de leurs étés. J’y ai fait des rencontres qui ont marqué ma vie à jamais.

Un des mes amis les plus proches aime les hommes et une de mes amies les plus chères aime les hommes et les femmes et moi je le sais!

Ma fille est une enfant du métissage, issue d’une de ces rencontres.

J’aime la variet mais la musique qui me touche c’est le rap et celle qui me fait danser c’est la musique africaine traditionnelle, pas l’afro jazz, celle qui vous transporte au son du djembé, celles des tribus du Mali, du Bénin. Depuis les dernières élections municipales dans ma ville, je ne peux plus pratiquer la danse africaine….Les locaux ont été retiré à l’association, je vous laisse spéculer de la couleur politique….

Pour tous ces gens qui ont traversé mon chemin et certains qui sont encore dans ma vie ; et pour les jeunes des quartiers dans lesquels j’ai vécu et/ou travaillé, je suis une « babtou »! Verlan du mot toubab qui en Afrique de l’ouest désigne une personne à la peau blanche. J’ai toujours bien aimé ce mot, qui n’a jamais sonné que comme une réalité dans mes oreilles…;jamais comme une insulte. Y a pas de secret, je suis blanche!

Alors comment vous dire que la mixité, la différence, l’altérité ; je connais, c’est mon cheval de bataille depuis de nombreuses années. J’aime les gens, tous les gens, ceux qui ont des histoires à raconter….

Jusqu’à y a pas très longtemps, Rougui, Myriam, Meriem, Stéphanie et moi, on s’installait pour boire des verres ; perrier, vin blanc, coca, vodka, en terrasse….sans même penser que cela pouvait être un acte citoyen et courageux.

Jusqu’à il y a de cela quelques semaines, je répondais sans réfléchir au gens qui questionnaient les origines de ma fille. Pour moi, le métissage c’est naturel! Elle est à moitié babtou et à moitié noire antillaise…mais des moitiés qui se mélangent et qui donnent la plus belle chose que je n’ai jamais vu….le visage de ma fille! Pas des moitiés qui s’opposent…

Et puis il y a quelques semaines, en allumant la radio, j’ai entendu que « bamboula » était une insulte acceptable… Je me suis donc assise en regardant ma fille et en m’inquiétant du monde que nous lui fabriquons. Un monde où on lui explique que certaines insultes sont acceptables (voilà qui est un non sens quand je cherche à lui inculquer le Respect !), et où elle devra choisir si elle est une babtou ou une bamboula….où elle pourrait être éventuellement rejetée des deux côtés puisqu’elle ne sera jamais ni complètement l’un ni complètement l’autre…. Cette société va donc la rendre schizophrène!

J’ai pratiqué la danse africaine jusqu’à mon 7ème mois de grossesse, ma fille (en plus de ses origines antillaises) a donc des prédispositions naturelles à la danse, à la musique du monde(ses goûts vont de Kery James à M « kokora ») . Je ne sais pas vraiment comment lui expliquer que dans le monde qui sera le sien, il est possible d’empêcher les gens de danser….au titre que l’on considère que la curiosité et l’échange sont potentiellement dangereux.

Ce même monde dans lequel il faut réfléchir à deux fois avant d’aller à un concert, pas parce que c’est cher, parce que potentiellement tu risque ta vie. Un monde dans lequel a trop vouloir établir, pointer, répertorier les différences, il n’y en a plus, il ne reste plus que des généralités qui s’affrontent et des raccourcis faciles.

Alors, pour le coup, en ce mercredi, je ne suis pas une mère indigne mais une mère qui s’indigne. Et qui décide d’inculquer à sa fille que bamboula n’a jamais été ni plus ni moins qu’une marque de gâteau (avec un marketing douteux d’accord, tout comme Banania d’ailleurs…..) qu’il ne définit pas une personne. Que l’amour ne s’embarrasse pas de ses barrières et qu’il tombe la où il doit! ( Faudra quand même que je lui dise que parfois il tombe à côté aussi!)

Que la vie en monochrome, c’est comme un tableau c’est chiant et sans relief. Alors si elle veut s’amuser et rire, il faudra se mélanger..et jouer les Andy Warhol. Que la connerie n’est pas une question de fonction (flics ou pas, jeune de quartier ou pas,politique ou pas…), ni de couleur, ni de croyance, ni de sexe, mais de personne!Mais que l’expérience prouvent que les cons ont une fâcheuse tendance à se réunir entre eux et à occuper certaines fonctions….

Que sa mère est fière d’être une blanche qui a gagné ses galons de « babtou » en s’ouvrant au monde, en étant curieuse des autres et que c’est comme ça qu’elle a rencontré son père et que le meilleur lui est arrivé : elle!

A très vite

5 réflexions sur “BABTOU

  1. Anne S dit :

    Encore super ! On se connaît peu mais tu peux être fière de toi, de la femme et de la maman que tu es ainsi que des valeurs que tu transmets à ta fille. Nous dans le 79 on en connaît pas des babtou comme toi mais on gagnerait à en rencontrer. Bises

    J'aime

    • aureliesansdessusdessous dit :

      Merci beaucoup Anne, je sais pas si je peux être fière, tu sais que l’on doute toujours mais en tout cas on a le mérite de faire de notre mieux. Et dans le 7-9 y a pleins de gens qui déchirent! bisous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s