Le top violine

Hello vous,

J’ai envie de partager une réflexion essentielle avec vous cette semaine  :parlons attaches! (On se calme il n’est pas question d’un remake de 50 nuances de Grey mais de boutons, pressions… donc on fait redescendre le taux d’hormones de façon raisonnable et on reste concentrées (és))

Bon je plante le décor, histoire de vous mettre dans l’ambiance.

On est jeudi matin : le jour de la semaine où je ne peux pas être en retard. L’école vous dites: ah non pas du tout. Ma fille sèche régulièrement (chuuuuut version officielle elle est malade ou le réveil n’a pas sonné) : oui à 3 ans déjà! Mais je garde ce sujet pour un prochain article subversif. Non le jeudi matin, je dois être au taf à l’heure parce que c’est mon jour de permanence : entendez par là que toute mon attention et ma concentration sont laissés à disposition pleine et entière des usagers de 9h à 12h et ce sans rdv. Donc je peux vous dire qu’ils m’attendent de pied ferme. Les autres jours de la semaine, disons que ma conception des horaires est un peu plus aléatoire.

J’ai l’habitude de visualiser ma tenue pour le lendemain, la veille au soir, en me couchant, avant de m’endormir. En général, je commence par les pompes et après j’assemble. Cette visualisation mentale pré dormance me permet de ne pas perdre trop de temps le matin, à partir du moment où mon corps a accepté l’idée de s’extraire du lit.

Donc, nous sommes jeudi matin et ma visualisation de la veille a été un échec. Bah oui, ça ne marche pas à tout les coups. Je suis donc devant mon placard enfin mes placards et je ne sais pas….et soudain en fouillant dans le tiroir des hauts à manche longue ( oui oui j’ai un semblant d’organisation dans mon dressing) je tombe sut ce magnifique top oublié, acheté l’année passée en soldes, de chez Naf Naf. Un top violine avec un col Claudine cuivré et des jolis boutons. Impec, ça fait tilt! On y va, avec un jean brut retroussé au dessus de la cheville ( c’est sensuel)  et des escarpins (très hauts et très cambrés) noirs vernis : ç’est réglé, opérationnelle pour une journée de travail : en tout cas dans ma tête.

Alors on est parti pour le rituel du matin : brossage de dent, nettoyage de peau à l’eau micellaire, application de la crème de jour, maquillage, habillage…. Si je vous raconte ça, c’est pour bien que chacun et chacune puissent comprendre mon désarroi lors de ma mésaventure à suivre. Le make up est donc au top lorsque je commence à enfiler mon jean. Puis viens le moment de passer le bras gauche dans ce fameux top violine, puis le bras droit et ensuite on boutonne….un, puis deux, puis trois, puis……rrrrrrr, arrrrrrffffff, mais enfin……et voilà que je me tord, sur la gauche, sur la droite, en passant les bras par le haut, puis par le bas, je me contorsionne, je tire sur les manches, je tire sur le haut devant, derrière mais non toujours pas…..je n’arrive pas à l’atteindre ce PU-TAIN de quatrième bouton. Ah ba oui parce que je vous ai pas dit mais ce joli top violine de chez Naf Naf, et bien il se boutonne dans le dos, avec des tout petits boutons violines eux aussi qui doivent normalement se glisser dans les tout petits trous violines, prévus à cet effet. Et le quatrième bouton, il est en plein milieu du dos, sur l’attache du soutien gorge. Bref l’endroit parfaitement inaccessible pour tout être humain ne possédant pas les bras de l’inspecteur gadget…

Alors, j’ai envie de dire que faire dans ces cas là : les boutonnages, fermetures éclaires et autres crochets dans le dos….Facile « chéri amour tu peux m’aider à boutonner mon haut stp? ». Ah oui, j’ai oublié, y a pas de chéri amour….PU-TAIN. Je vis alors le grand moment de solitude de la semaine.

Et voilà comment en quinze seconde, la mode peut bousiller presque 15 ans de combat de femme pour leur indépendance et l’égalité des sexes, pour les revendications de mon existence de célibattante. Moi, qui, pendant toutes ces années, ai fait en sorte d’être autonome et indépendante, qui ai  fait au mieux pour faire les choses seule de l’intendance au bricolage, qui ai mis un point d’honneur à m’assumer sans homme. Me voilà, esseulée dans ma salle de bain, essoufflée devant mon miroir, toute ma fierté de femme trentenaire forte et  indépendante  ; mise en échec par un bouton!!!!! Et oui, parce qu’à ce moment précis, moite dans la chaleur humide de cette salle de bain, les joues rougies par l’effort, le mascara dégoulinant sous l’œil hagard et incrédule, je ne rêve que d’une chose : d’un chéri amour qui passe par là, la serviette négligemment noué autour de sa taille musclé, et qui avec toute sa dextérité boutonne ce PUTAIN DE TOP VIOLINE!!!!!!!

Et oui, parfois la vie vous donne des leçons comme ça sans prévenir , à 7h du mat (au risque de vous mettre en retard!!!) L’indépendance des femmes a ses limites  : les fringues qui se ferment dans le dos! Qui l’aurait cru, non mais sérieux. Une vie de convictions qui se confronte à la réalité cruelle du vêtement. Il faut donc qu’un homme nous soit indispensable pour remonter les fermetures des robes, boutonner les tops, nouer les lacets des pulls….qui ont des attaches dans le dos! La mode n’est elle pas censé favoriser l’indépendance de la femme, son émancipation? Mais souvent ce sont les hommes qui font la mode alors on est pas loin de la théorie du complot qui supputerait que tout cela est fait exprès pour maintenir les femmes que nous sommes dans une certaine dépendance aux hommes! Cela mérite réflexion mais après avoir lutter pour le droit de vote, pour le droit à l’avortement, à la contraception, je propose de boycotter les vêtements qui se ferment dans le dos, comme un acte militant! Sauf bien sur, si on a un chéri amour disponible pour la vie à deux.

Alors, juste pour la petite histoire, je suis partie travailler avec mon top à moitié ouvert, le maquillage à l’envers (trop à la bourre j’ai pas eu le temps de faire les retouches) et ma gentille collègue m’a boutonné mon haut. Soulagée, vive la solidarité féminine.

Puis quelques instant plus tard, j’ai voulu parfaire la bride de mon escarpin que je n’avais pas eu le temps de mettre correctement  alors je me suis penchée sur ma chaussure et là…..

le bouton a sauté!!!! Une dure journée pour le féminisme!

A très vite.

 

 

 

 

8 réflexions sur “Le top violine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s